-
21 Oct 2020
الوفاء عملة نادرة هذه الأيام.. رسالة مؤثرة من أوزيل لجماهير أرسنال
21 Oct 2020
دليلك لبناء المزيد من احترام الذات لدى طفلك
21 Oct 2020
أطول رحلات الطيور.. البقويقة السلطانية يطير لأكثر من 12 ألف كيلومتر دون توقف
21 Oct 2020
شرق المتوسط.. السيسي ينسق مع قبرص واليونان في نيقوسيا والناتو يسعى للتهدئة بين أنقرة وأثينا
21 Oct 2020
حرب قره باغ.. تحركات دبلوماسية مكثفة على وقع معارك مستعرة رغم الهدنة
21 Oct 2020
فورين بوليسي: دروس ما بعد الجائحة.. كيف نتعامل مع الفيروسات في المستقبل؟
21 Oct 2020
كورونا.. من يجب أن يحصل على اللقاح أولا؟
21 Oct 2020
اتهامات "للملاك الأثرياء" بأنهم باتوا خارج السيطرة.. رفض لإقامة بطولة كروية جديدة
21 Oct 2020
مشاريع نسائية في غزة.. متجر تقديم هدايا تراثية وأعمال يدوية
21 Oct 2020
العراق.. نحو مليون نازح ينتظرون العودة إلى ديارهم
21 Oct 2020
مركز أميركي يدين عزم الإمارات ترحيل معتقلين سابقين بغوانتانامو إلى اليمن
21 Oct 2020
ولاية تكساس.. مركز الثقل الانتخابي الأكبر للحزب الجمهوري
21 Oct 2020
لوتان: في خنادق انفصاليي ناغورني قره باغ.. شباب لا يدركون نكسات معسكرهم
21 Oct 2020
العالم رهين الكمامة.. مخاطر الحرب الجديدة وضرورة أجندة كونية
21 Oct 2020
هكذا برر توخيل خسارة سان جيرمان أمام مان يونايتد
21 Oct 2020
تغطي نصف مساحة البلاد.. مناورات إيرانية تحاكي حربا حقيقية
21 Oct 2020
ليبيا.. الأمم المتحدة تعلن اتفاق طرفي النزاع على إجراءات بناء الثقة
21 Oct 2020
ميسي والأرقام القياسية بدوري الأبطال.. رحلة عمر
21 Oct 2020
تركيا.. تفاصيل جديدة في قضية التجسس لصالح الإمارات
21 Oct 2020
أزمة إعلام السيسي بين الوزير والأذرع.. لماذا تتصارع الأجهزة الأمنية بمصر؟
21 Oct 2020
عالم صناعة المحتوى.. قصة نجاح المؤثر الكويتي بوعريكي في وسائل التواصل
21 Oct 2020
كأنه مستيقظ من النوم.. شاب يقف أعلى بالون ضخم ويلوح لطائرة في أوكرانيا
21 Oct 2020
في ذكرى وفاتها.. شحرورة العراق عفيفة إسكندر جالست الملوك وماتت وحيدة منسية
21 Oct 2020
مقال بواشنطن بوست ينتقد خطاب ماكرون: الإصلاح يكون بمواجهة المؤسسات لا بتشويه المسلمين
21 Oct 2020
كورونا.. الإصابات تتخطى 41 مليونا عالميا والولايات المتحدة تسجل 300 ألف وفاة إضافية خلال الجائحة

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 11

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Raouf Seddik
 8/28/2020
 350
 
Lecture Zen
  9177
 
Patrimoine culturel et spiritualités : Pouvons-nous lire Saint Augustin ?
 
 

...Cette méconnaissance d’une langue qui fut celle de nos ancêtres pendant si longtemps est certes digne d’attention mais, quelles que soient les raisons qu’on peut lui apporter, elle ne constitue pas un obstacle. …


 

Photo

Oui, nous en sommes capables, grâce aux traductions : car qui parmi nous lit le latin, qui était la langue d’écriture de notre auteur, même si lui parlait au quotidien un latin mélangé de punico-berbère ? La langue latine a été celle des lettrés au Maghreb pendant 850 ans, si l’on ne tient pas compte de sa persistance au cours de la période qui suit la victoire finale des Arabes et leur prise de Carthage en 698. Cette méconnaissance d’une langue qui fut celle de nos ancêtres pendant si longtemps est certes digne d’attention mais, quelles que soient les raisons qu’on peut lui apporter, elle ne constitue pas un obstacle. Lire un auteur dans la version originale de ses textes est bien sûr préférable, toutefois il existe, dans le cas de saint Augustin, une profusion de traductions auxquelles nous pouvons recourir.

Mais la question, on le devine, ne porte pas tant sur l’accès aux textes que sur le caractère licite de la chose. En tant que figure centrale de la théologie chrétienne, saint Augustin tombe sous le coup d’un interdit plus ou moins explicite, qui est contenu dans le verset 6 de la sourate 109, selon lequel à chacun sa croyance : chacun chez soi quand il s’agit de foi ! N’allons donc pas nous aventurer du côté d’un auteur qui, bien que de chez nous, fait profession de christianisme dans son discours.

A vrai dire, l’interdit en question, y apportent leurs suffrages aussi bien les musulmans « farouches » que les musulmans « cools », si l’on nous permet pareille catégorisation : les premiers parce qu’ils y soupçonnent une curiosité coupable et blâmable, et les seconds parce qu’ils craignent que ces escapades en dehors de nos limites habituelles n’aillent remuer d’anciennes polémiques religieuses qui menaceront à leur tour la quiétude générale.

Les motifs diffèrent mais les positions se rejoignent. Et comme si cette alliance ne suffisait pas dans sa forme un peu contre-nature, s’y joint un autre protagoniste, aussi opposé en principe à l’un et à l’autre de ses membres : l’antireligieux, qu’il soit d’inspiration positiviste ou marxiste ! Lui aussi voit d’un mauvais œil qu’on s’intéresse à un auteur comme saint Augustin : bien qu’issu de notre passé pré-musulman, pense-t-il, il n’en incarne pas moins une pensée qui, en tant que religieuse, est désuète, et qui a en plus le tort de rappeler une rhétorique colonialiste et ses menées évangélistes.

En réalité, on peut aussi lire saint Augustin dans ce second sens de la question, mais alors il faut être prêt à soutenir la réprobation de cette alliance extraordinaire et extraordinairement redoutable, malgré l’inimitié qui existe entre ses membres… Ou peut-être à cause d’elle, car la charge négative que les membres produisent au contact l’un de l’autre —qui est forte— se donne soudain une cible commune, le lieu où il lui est enfin possible de se libérer d’un coup.

C’est sans doute pour cette raison que, malgré le développement de notre vie universitaire et intellectuelle, l’œuvre de saint Augustin représente chez nous un territoire qu’on se garde d’investir. Notre flair nous avertit que c’est décidément trop dangereux. Malgré tout l’intérêt qu’elle suscite auprès des connaisseurs étrangers —dont on note pourtant que ce ne sont pas tous des théologiens— on préfère la leur abandonner. Avec une docilité qui peut d’autant plus surprendre l’observateur étranger que nous ne manquons pas d’ardeur, habituellement, quand il s’agit de clamer nos droits sur ce qui nous revient et qui nous est insidieusement disputé par autrui : le sel, le pétrole, le gaz…

Chaque fois que le nom de saint Augustin est évoqué à nos oreilles, chaque fois que le souvenir se réveille en nous qu’il est enfant de cette terre maghrébine comme nous le sommes nous-mêmes, se produit en nous un double événement mental : le premier est un renoncement, le second est l’idée que l’absence au sein de notre patrimoine commun de l’auteur objet de notre renoncement est justement le résultat de ce renoncement.

Du premier événement au second, le renoncement est passé de quelque chose de subi à quelque chose de choisi, qui a désormais valeur de cause. Mais ce passage s’est produit de manière subreptice : ni vu ni connu, pour ainsi dire ! D’une privation qui nous blesse, on a fait un quasi rejet dont on serait l’auteur volontaire.

Pourquoi cette transformation et, surtout, pourquoi sa dissimulation à nous-mêmes ? Parce que nous disposons grâce à elle d’une pseudo explication qui nous dispense de nous confronter à la réalité de la triple alliance que nous avons mise en évidence, et qui est la véritable cause de l’amputation que nous opérons dans notre héritage culturel. Toute l’affaire est celle d’un repli stratégique… clandestin !

Dès lors, il s’agit de reposer la question différemment : en quoi sommes-nous fondés à lire quand même saint Augustin ? Et la réponse que nous tentons ici est multiple.

Premièrement, nous devons lire saint Augustin parce qu’on nous l’interdit, de façon plus ou moins directe. Cet interdit, qui n’est pas légitime et qui prétend seulement réduire l’espace de notre liberté, n’admet pas d’autre réponse que le défi.

Deuxièmement, parce qu’il n’y a pas lieu de laisser s’instaurer une géographie en ce qui concerne notre jalousie à l’égard de ce qui nous revient dans notre héritage : un héritage, cela se reçoit sans distinction de ce qu’il contient, sans discrimination entre ce qui nous conforte dans une identité constituée et ce qui nous la rend plus problématique.

Décider que telle région mérite d’être héritée et telle autre non, engager ainsi une action de tri, c’est se destituer de l’ensemble. Car là où on décide de ce qui vaut et de ce qui ne vaut pas, il n’est plus question d’héritage : plutôt de dépeçage !

Troisièmement, parce que la découverte de la pensée d’un auteur comme saint Augustin, s’il ne s’agit pas de l’utiliser comme d’un moyen de déserter sa propre religion —comme le craignent les représentants religieux de notre alliance—, ou sa propre nation —comme le craint l’antireligieux soucieux de souveraineté culturelle nationale—, ouvre nécessairement la voie à des questionnements décisifs en ce qui concerne des notions fondamentales de la religion : le verbe divin, le mal, la pensée de la chute et de la rédemption, la place de l’Ecriture dans la Révélation…

Qu’une « théologie de guerre » ait longtemps considéré, ou décrété, que pareils questionnements étaient dangereux, parce qu’inopportuns, se laisse comprendre : qu’elle se prolonge avec ses interdits au-delà du contexte qui lui a conféré son autorité exceptionnelle, voilà ce qui peut et doit être contesté.

La religion musulmane n’a que trop souffert de ces régimes d’exception à la faveur desquels elle s’est maintenue dans le vase-clos de ses certitudes, à l’abri des points de friction et de contradiction auxquels l’auraient exposée le contact direct avec l’autre religion en général et le christianisme en particulier. L’épreuve critique est pourtant synonyme de santé retrouvée, et de pouvoir reconstitué de faire aussi bénéficier autrui de ses flèches acérées, loin de tous ces lieux communs auxquels s’est réduit depuis si longtemps une polémique théologique dont la faiblesse de l’écoute et la mauvaise intelligence du discours d’autrui ne sont sans doute pas les moindres de ses défauts.

Il y a, autrement dit, dans le geste d’appropriation d’une pensée comme celle de saint Augustin, la possibilité de rouvrir un débat sur des bases différentes et avec une ambition renouvelée de mieux comprendre le propos de l’une et l’autre religion et, au-delà, de mieux saisir ce que le message abrahamique peut encore avoir à nous dire à travers la diversité de ses résonances.

En conclusion, nous devons lire saint Augustin parce que, nous, Maghrébins, la loi qui nous enjoint de ne pas choisir dans notre héritage entre ce qu’il nous conviendrait de retenir et ce qui pourrait à l’inverse être repoussé comme « impropre à la consommation », nous commande également de lever l’interdit en raison duquel nous avons été longtemps empêchés d’engager le débat auquel nous appelle la pensée de saint Augustin.

Ce débat est notre part de liberté dont l’islam lui-même attend d’en recueillir le bénéfice d’une certaine régénération : ne nous y dérobons pas ! Etre fidèle à ses traditions ne signifie pas s’y enfermer, ni passer à côté des dialogues hardis auxquels nous invite la prise en compte des contrées inexplorées que recèle notre héritage… notre héritage véritable qu’est notre héritage élargi !

 

Par : Raouf Seddik

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات