-
04 Aug 2020
كورونا.. 5 ملايين مصاب في أميركا اللاتينية وزيادة مقلقة بفرنسا وبريطانيا
04 Aug 2020
بعد تجاهل قضايا مرفوعة ضده.. حفتر يقرر الرد أمام محكمة فدرالية أميركية
04 Aug 2020
قدّموا "العيدية" ذهبا في الحلوى ونظموا استعراضات الجيوش والأسود والفيلة وأطلقوا المساجين.. بهجة الأعياد عند المسلمين
04 Aug 2020
المعادن النادرة.. تفاصيل ساحة كبيرة للصراع الخفي بين الصين والغرب
03 Aug 2020
قرر مغادرة البلاد.. شبهات الأموال السعودية تلاحق ملك إسبانيا السابق خوان كارلوس
04 Aug 2020
الجزائر.. تحقيق في صفقة مزعومة لتخليص علي حداد من السجن بواسطة مستشار سابق لترامب
04 Aug 2020
مفاوضات سد النهضة.. مشادات مصرية إثيوبية والسودان يدعو للحسم وواشنطن تحذر من نفاد الوقت
03 Aug 2020
إسرائيل تقصف مواقع عسكرية للنظام السوري بالقنيطرة ودمشق تعلن التصدي
04 Aug 2020
نداء من العلماء: أنقذوا طفيليات العالم قبل أن نفقد دورها للأبد
03 Aug 2020
عرض بـ60 مليون يورو.. برشلونة يرفض بيع لاعب لم يشارك في أي مباراة مع الفريق
03 Aug 2020
المواجهة المسلحة بين السعودية وإيران.. عمران خان يتحدث للجزيرة عن عدة قضايا ساخنة
03 Aug 2020
أصدر مذكرات استدعاء لـ4 مسؤولين.. النواب الأميركي يواصل التحقيقات بشأن قرار إدارة ترامب بيع أسلحة للسعودية والإمارات
03 Aug 2020
السيسي خربها.. مواقع التواصل تُعدد إخفاقات الرئيس المصري
03 Aug 2020
أبدى حزنه على تغير الجزيرة العربية.. محمد أسد وتأملاته في "الطريق إلى مكة"
04 Aug 2020
واشنطن تدرس فرض عقوبات على حلفاء لحزب الله في لبنان
04 Aug 2020
تقرير سري أممي: كوريا الشمالية طورت أجهزة نووية لتركيبها في صواريخها الباليستية
03 Aug 2020
استباقا لاحتجاجات متوقعة.. الهند تفرض حظر تجول في كشمير بالذكرى السنوية الأولى لإلغاء الحكم شبه الذاتي للمنطقة
02 Aug 2020
وثائق سرية مسربة.. الجزيرة نت تكشف حقيقة المواقف السعودية من أبرز الملفات اليمنية
03 Aug 2020
للعيد الثاني على التوالي.. المغتربون يقضون أيام العيد في بلاد غربتهم
03 Aug 2020
كورونا.. هل ينتقل من هذا الحيوان إلى البشر؟
03 Aug 2020
تحركات إماراتية متسارعة في الأرخبيل.. الانتقالي يحكم سيطرته على ميناء ومطار سقطرى
03 Aug 2020
قالوا عنه دولة فاشلة.. ما القصة الكاملة لانهيار اقتصاد لبنان؟
03 Aug 2020
بعد النظام السوري.. تركيا تدين توقيع اتفاق نفطي بين شركة أميركية وقوات كردية
03 Aug 2020
محكمة التحكيم الرياضي ترفض دعوى الإمارات ضد المنتخب القطري
03 Aug 2020
غارديان: هجوم صيني مرعب على الديمقراطية في هونغ كونغ
03 Aug 2020
اقتصاد الصين يتعافى وأوروبا تتحرك.. أكبر قفزة للمصانع الصينية منذ 10 سنوات رغم كورونا
03 Aug 2020
عبر الفيديو.. بومبيو يجري مباحثات مع طالبان
03 Aug 2020
لربات البيوت.. 10 نصائح يومية لجعل كل شيء مرتبا في المنزل
03 Aug 2020
غرفة عمليات سرت: نرصد الإمداد الروسي لحفتر ونستبعد تحرك الجيش المصري
03 Aug 2020
لبنان.. قبول استقالة وزير الخارجية وتعييّن خلف له
03 Aug 2020
الجيش الإسرائيلي يعلن مقتل 4 مسلحين في الحدود مع الجولان.. لمن يتبعون؟
03 Aug 2020
أكبر سرقة بالعالم.. مطالبات في ماليزيا بتوضيحات بشأن صفقة فساد مع الإمارات
03 Aug 2020
ليفربول يقترب من ضم الجزائري عيسى ماندي
03 Aug 2020
ناشطون سعوديون: هل الدولة عاجزة عن حلّ مشكلة البطالة؟
03 Aug 2020
عملية مزعومة بالجولان.. إسرائيل تنشر فيديو وتتريث في اتهام حزب الله
03 Aug 2020
بين الرياضات القتالية وكرة القدم.. بنزيمة يتحدث عن مستقبله بعد الاعتزال
03 Aug 2020
الأزمة تتصاعد.. اعتقالات جديدة في صفوف معلمي الأردن
03 Aug 2020
بعد قتيلين بالسعودية وثالث بالأردن.. مصريون يتهمون حكومتهم بالتفريط
03 Aug 2020
قد تغذي التوتر بين أميركا والصين.. ترامب يمهل مايكروسوفت 45 يوما للاستحواذ على تيك توك
03 Aug 2020
إرهابيون وحمقى.. "مكتب الأساطير" أشهر مسلسل فرنسي يقدم مرآة مسيئة للمسلمين
03 Aug 2020
تونس.. المشيشي يحدد موعد مشاورات تشكيل الحكومة والرئيس يتهم أطرافا بمحاولة إفشال التجربة
03 Aug 2020
هضبة بالقطب الجنوبي.. علماء الفلك يحددون أفضل مكان على الأرض لإقامة تلسكوب
03 Aug 2020
جماهير الساحرة المستديرة على موعد مع أسبوع كروي حافل
03 Aug 2020
تستضيفهم السعودية وتشن ضدهم الحملات.. ما وراء مهاجمة قيادات الشرعية اليمنية ولماذا الآن؟
03 Aug 2020
إلموندو: ملك البحرين رشى ملك إسبانيا السابق لتجميل صورته في الغرب
03 Aug 2020
حكاية شاب سوري تطوّع بإطفاء حريق في إزمير التركية
03 Aug 2020
بحماية أكثر من 15 طائرة.. وفد أميركي يزور مواقع العمال الكردستاني بشمالي العراق
03 Aug 2020
مع بدء العد التنازلي للانتخابات الأميركية.. تعرف على الولايات المتأرجحة بين الحزبين
03 Aug 2020
بالذكرى 21 لرحيله.. البياتي منارة أرض سومر وشاعر الحنين والمنافي
03 Aug 2020
تبناها تنظيم الدولة..كابل تعلن انتهاء عملية اقتحام السجن المركزي بمدينة جلال آباد

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 668
 Abdelaziz Bouteflika

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Abed Charef
 12/13/2019
 307
 
Lecture Zen
  7926
 
Algérie : dans cette présidentielle, tout le monde est perdant
 
 

L'Algérie est entrée dans le dernier virage (dernière semaine) avant la présidentielle du 12 décembre. Un virage rempli d’incertitudes, périlleux même, tant les oppositions se sont cristallisées autour de cet enjeu, devenu décisif pour le pouvoir comme pour la contestation populaire.


 

Photo

L'Algérie est entrée dans le dernier virage (dernière semaine) avant la présidentielle du 12 décembre. Un virage rempli d’incertitudes, périlleux même, tant les oppositions se sont cristallisées autour de cet enjeu, devenu décisif pour le pouvoir comme pour la contestation populaire.

Pour le commandement de l’armée, qui détient le pouvoir de fait dans le pays, la mécanique devant mener à la présidentielle a été mise en place depuis plusieurs mois, au lendemain de la démission du président Abdelaziz Bouteflika.

Dans un premier temps, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major et homme fort du pouvoir, a affirmé que les solutions devaient être trouvées dans les articles 7 et 8 de la Constitution.

L’article 7 énonce que la souveraineté appartient au peuple, et l’article 8, que cette souveraineté est exercée au sein des institutions en place.

L’armée, qui avait poussé vers la sortie, mais en douceur, l’ancien président Bouteflika, ne voulait pas être accusée d’avoir mené un coup d’État. Depuis, elle a toujours veillé à montrer un souci constant de coller à la Constitution en vigueur, malgré quelques couacs retentissants, comme lorsqu’il a fallu reporter la présidentielle du 4 juillet en raison de l’absence de candidats.

Choix collectif

Cette option en faveur d’une présidentielle dans le cadre de la Constitution en vigueur a ensuite été validée formellement par la hiérarchie militaire. Les principaux dirigeants de l’armée se sont réunis en conclave au printemps, pour avaliser une feuille de route collective. Contrairement à la tradition, le conclave a été filmé, et les images ont été diffusées par la télévision publique.

Autour du chef d’état-major de l’armée, les commandants des armes, les chefs de régions militaires et les directeurs centraux du ministère de la Défense : cela montre clairement que le processus mis en branle engage l’ensemble du commandement de l’armée, pas seulement le général Gaïd Salah, que ses adversaires présentent comme un homme brutal, agissant en solitaire et imposant sa volonté à ses pairs.

Ce processus menant à une présidentielle avant la fin de l’année a été entravé par la contestation populaire, le hirak, et une partie de l’opposition. Le hirak, marqué par des manifestations populaires tous les vendredis dans la plupart des villes du pays, ainsi que des actions de protestation en cours de semaine, n’avait initialement pas de feuille de route précise.

C’était un raz-de-marée populaire rejetant l’humiliation que représentait le maintien du président Bouteflika au pouvoir, et demandant un changement du système politique et du mode de gouvernance.

Les partis d’opposition, désemparés dans un premier temps, ont ensuite progressivement repris les choses en main, pour finir par coller au hirak leurs propres revendications, centrées sur deux grands thèmes : une période de transition et une constituante.

Transition contre élection

Cela a débouché sur un choc entre deux agendas : élection présidentielle dans le cadre de la Constitution, pour le pouvoir ; transition et constituante pour le hirak et une partie de l’opposition.

Cette ligne de fracture s’est accentuée pendant l’été, pour devenir le point de démarcation entre les deux blocs qui dominent la vie politique du pays.

Le pouvoir a beaucoup perdu en chemin. D’abord en se montrant d’une faiblesse extrême en matière de communication (il n’a même pas réussi à faire fructifier la mise en détention des barons de l’ère Bouteflika), ensuite en gérant mal la pression de l’opposition et de la rue.

Celle-ci a réussi à écorner sérieusement la crédibilité de la présidentielle du 12 décembre. Des personnalités plus ou moins acceptables, redoutant d’avoir à affronter l’hostilité du hirak, ont décliné les invitations à la candidature. Résultat : deux anciens premiers ministres et deux ministres de Bouteflika se présentent à l’élection, mais pas un seul candidat de l’opposition hors système.

Une société en lambeaux

Mais le plus grave est à venir. Car si la présidentielle est d’ores et déjà un échec, au cas où elle se tiendrait, l’après-élection risque d’être tout aussi délicat. Si le vote se tient sans incident majeur, ce serait déjà un exploit. Mais pour quel résultat ?

Au mieux, la présidentielle maintiendra le statu quo, sans rien résoudre des problèmes du pays. Le futur président sait qu’il aura une marge de manœuvre très étroite. Les candidats ont pu vérifier sur le terrain qu’il leur était très difficile de faire campagne. Dans de nombreuses villes, certains étaient franchement indésirables.

Ce qui augure d’une participation très faible au scrutin. Un président mal élu, avec une légitimité contestable, sera sous pression dès son élection : les animateurs du hirak, particulièrement à travers les réseaux sociaux, ont mis en place une machine redoutable, capable de disqualifier n’importe quel dirigeant politique.

Le prochain président héritera aussi d’un pays en lambeaux, avec une société divisée, une classe politique sans crédibilité, des institutions sans contenu et une économie en miettes.

Le déficit budgétaire sera supérieur à 10 % du PIB en 2019, et le déficit de la balance des paiements sera supérieur à 15 milliards de dollars. Les réserves de change continuent de fondre à un rythme qui avoisine les 20 milliards de dollars par an, alors que les revenus des hydrocarbures baissent inexorablement sous l’effet conjugué de la baisse des prix, de la baisse de la production et de la hausse de la consommation interne.

Un président désarmé

Quel qu’il soit, le prochain président sera contraint d’adopter un discours rassembleur, pour tenter d’apaiser l’opposition institutionnelle et, surtout, celle qui se trouve en dehors des institutions.

Il tentera de nouer des alliances, mais avec qui ? Les partis dont les dirigeants participent à la présidentielle faisaient partie du système Bouteflika. Ils sont disqualifiés, et incapables de reconquérir la sympathie de la rue.

Le hirak, de son côté, a été pris dans un engrenage de radicalisme, symbolisé par le hashtag yetnehaw_ga3 (Qu’ils partent, tous). De par sa structure, son fonctionnement, le profil des activistes qui l’animent, le hirak ne peut ni se structurer, ni élire des représentants, ni élaborer des programmes politiques. Cela suffit pour que des partis et des activistes lui imposent leurs propres agendas, tous plus radicaux les uns que les autres.

Le futur président disposera de peu de leviers pour rétablir la confiance, reconstruire les institutions et relancer l’économie. Il ne pourra compter sur une administration sclérosée, bureaucratique, largement corrompue.

Les partis existants et les associations qui pullulent autour du pouvoir ne lui seront d’aucun secours. Ils n’ont aucune crédibilité.

Va-t-il coopérer avec le Parlement actuel, dont la légitimité est fortement contestée, ou va-t-il le dissoudre ? Dans ce cas, les partis traditionnels risquent d’être de nouveau fortement représentés au Parlement, car ils disposent d’une base et d’un appareil, alors que la contestation populaire n’est pas structurée, et ne dispose ni de financements, ni de réseaux.

Un président aussi mal élu aurait des difficultés à gérer un pays en situation normale. Qu’en sera-t-il dans un pays où un consensus s’est fait autour de la nécessité d’un immense chantier de réformes englobant aussi bien la Constitution, les principales lois organisant la vie politique et les libertés, que l’économie ?

L’impasse

Avec tous ces handicaps, la présidentielle semble fortement compromise. Est-ce pour autant suffisant pour dire que la non-tenue de la présidentielle constituerait une meilleure option ? Rien n’est moins sûr, du moins en l’état actuel des choses.

Pour l’heure, et au vu de la détermination du commandement de l’armée, du gouvernement et de l’administration, la seule possibilité pour annuler la présidentielle serait qu'il y ait un dérapage grave empêchant le scrutin.

Au sein du hirak, le mot d’ordre est clair : silmiya (pacifique), pas de violence, pas de provocations, pas de réponse aux provocations.

Mais le hirak ne contrôle pas tout. Des groupes sur les réseaux sociaux et sur le terrain mènent des actions au quotidien pour empêcher le vote : fermeture de sièges de mairies ou de daïras (sous-préfectures), institutions publiques murées, destruction de matériel électoral, perturbation de meeting des candidats, appels à la grève générale, etc.

Jusqu’à début décembre, les forces de sécurité ont fait preuve d’une remarquable maîtrise, et ont réussi à éviter les débordements.

Elles ont notamment évité qu’il y ait mort d’homme malgré neuf mois de manifestations. Pourront-elles faire preuve de la même maîtrise jusqu’au 12 décembre ?

Tout l’enjeu est là. Ce qui montre, d’une certaine manière, l’impasse dans laquelle se trouve le pays : son avenir se joue sur un coup de dés, et même si l’élection se passe bien, ce sera pour se retrouver face à la montagne de problèmes qui se sont accumulés.

C’est toute la difficulté d’organiser une élection à haut risque pour se retrouver au point de départ.


*Abed Charef est un écrivain et chroniqueur algérien. Il a notamment dirigé l’hebdomadaire La Nation et écrit plusieurs essais, dont Algérie, le grand dérapage. Vous pouvez le suivre sur Twitter : @AbedCharef

 

Par : Abed Charef

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات