-
25 Jan 2020
"وصول بن سلمان لهاتف كوشنر شبيه بزرع جهاز تنصت".. مطالب بتقييم الخطر على مسؤولين بالبيت الأبيض
25 Jan 2020
فيروس كورونا الجديد.. الرئيس الصيني يعترف بخطورة الوضع ودول تخطط لإجلاء مواطنيها
25 Jan 2020
لوموند: السعودية مولت مسلحي فاغنر في ليبيا
25 Jan 2020
بينها دولة عربية.. تعرف إلى خارطة انتشار فيروس كورونا خارج الصين
25 Jan 2020
غرامة 50 ألف دولار.. إدانة شركة طيران أميركية بتهمة التمييز تجاه مسلمين
25 Jan 2020
علماء وكتاب وشعراء يغرّدون.. ذكرى 25 يناير تكتسح منصات التواصل
25 Jan 2020
تصريحات جديدة لماكرون عن حرب الجزائر تثير موجة انتقادات في فرنسا
25 Jan 2020
بعد 17 ساعة تحت الأنقاض.. اتصال بالإسعاف ينقذ سيدة تركية
01 Oct 2019
امتدت 85 سنة وقادها صحابة وتابعون ودعمها مالك وأبو حنيفة.. تعرف على ثورات المحدّثين لإسقاط أنظمة الطغيان
25 Jan 2020
تفقد منطقة الزلزال المدمر.. أردوغان: لن نترك أحدا بلا مأوى
25 Jan 2020
"أين تقع أوكرانيا على الخريطة؟".. بومبيو يفقد أعصابه ويهاجم صحفية
25 Jan 2020
خمسة قتلى باقتحام ساحات التظاهر في بغداد ومحافظات جنوبية
25 Jan 2020
3 أشهر قبل تفشي المرض بالصين.. علماء تنبؤوا بأن فيروس كورونا قد يقتل 65 مليون شخص
25 Jan 2020
هل هرب فيروس كورونا القاتل من مختبر بيولوجي صيني؟
25 Jan 2020
شاهد.. قوات الأمن العراقية تقتحم ساحات الاعتصام ببغداد والبصرة
25 Jan 2020
لوفيغارو: ما اللعبة الغامضة التي يلعبها مقتدى الصدر؟
25 Jan 2020
"مطاردون في المنفى".. حكايات عن معاناة المعارضة المصرية بالخارج
25 Jan 2020
"غير كاف ولم يضف جديدا".. زوجة مصطفى النجار ترفض بيان الداخلية المصرية
25 Jan 2020
بالموسيقى السينمائية.. كويتية تحقق حلم طفولتها وتصل إلى العالمية
25 Jan 2020
طواحين الهواء والزهور وأقنية المياه والطبيعة الساحرة.. هذا ما تجده في هولندا
25 Jan 2020
رواية "حياة مثقوبة".. عندما يكون الموت حياة في جلال الحب
25 Jan 2020
في شمال سوريا.. لماذا لا تصمد الهدنة؟
25 Jan 2020
بعد إخفاقه في شراء مان يونايتد.. بن سلمان يطرق أبواب البريميرليغ مجددا
25 Jan 2020
منها الفشار المطبوخ في المايكرويف.. 9 أغذية يومية قد تقتلك ببطء
25 Jan 2020
في ذكراها التاسعة.. هل يخشى النظام المصري عودة ثورة يناير؟
25 Jan 2020
فالنسيا يهزم برشلونة ويمنح هدية لريال مدريد
25 Jan 2020
تحويل النفايات النووية إلى بطاريات ألماس تعمل لآلاف السنين
25 Jan 2020
ترقب لرد فعل الجماهير.. الأهلي وآل الشيخ "حبايب" من جديد
25 Jan 2020
مشاهد مباشرة للحظة وقوعه.. 21 قتيلا وأكثر من ألف مصاب بزلزال تركيا
25 Jan 2020
البنتاغون يكشف تفاصيل إصابة جنود أميركيين في العراق جراء هجمات إيران
25 Jan 2020
رواية جديدة.. أشرف مروان أفضل من تجسس لإسرائيل
25 Jan 2020
محاكمة ترامب.. الادعاء ينهي عرض أدلته والدفاع يستهل مرافعاته
25 Jan 2020
إسرائيل تبعد 8 مقدسيين عن المسجد الأقصى
25 Jan 2020
لطالما وصفت بمنطقة تعايش بين شمال وجنوب السودان.. هل تعود أبيي لأجواء التوتر؟
23 Jan 2020
بعيدا عن السياسة.. "خنق النيل" أكبر تغطية علمية لآثار سد النهضة على مصر
25 Jan 2020
"لا يتضمن وعودا فضفاضة".. الحكومة اللبنانية تبدأ صياغة البيان الوزاري
25 Jan 2020
ليس لها مكتب ولا ميزانية.. تعرف إلى المرأة التي تخشاها السعودية
25 Jan 2020
فيديو لمدافع عذب ماني وأوقف صلاح
25 Jan 2020
"الأخ الأكبر يراقبك".. هكذا صنعت الصين أضخم نظام لمراقبة المواطنين بالعالم
25 Jan 2020
طالبان تتهم الرئيس الأفغاني بعرقلة جهود المصالحة
25 Jan 2020
مصادمات في بغداد والأمن يقتحم ساحة اعتصام البصرة ويعتقل محتجين
25 Jan 2020
عقب اجتماعها في الجزائر.. أيّ تأثير لدول الجوار في الأزمة الليبية؟
25 Jan 2020
موسم كارثي لأغلى مدافع في العالم
25 Jan 2020
مكافحة الإنجاب.. أين وصلت التجربة الصينية التي استلهمها السيسي؟
25 Jan 2020
"ميدان" يحاور بطلتي أفريقيا والعرب.. كيف يمكن للشطرنج أن يغير حياتك؟
25 Jan 2020
في الذكرى التاسعة لثورة يناير.. هل الاقتصاد المصري على الطريق الصحيح؟
25 Jan 2020
جامعة أفريقيا العالمية بالسودان.. صرح يثير الجدل

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 434

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Chafik Chelly
 5/2/2019
 336
 
Lecture Zen
  6987
 
Carnet de route …
 
 

On n’apprécie jamais la liberté si l’on n’a pas vécu sous la contrainte. Il ne faut surtout pas pleurer sur les pages imparfaites écrites par les autres, mais s’extasier devant celles que l’on écrit soi-même, même si elles sont loin d’être parfaites …


 

Photo

Certains amis ou membres de ma famille m’écrivent souvent en privé pour expliquer qu’à ma place, ils n’auraient jamais déserté la Tunisie, malgré les humiliations de Bourguiba à notre encontre. Il est vrai que l’amour d’un pays demande tous les sacrifices, mais ce point de vue, il fallait l’exprimer à feu mon père.

J’avais à peine trois ans à cette époque et lui, en avait un peu plus que quarante six. Il était donc assez mûr pour prendre une telle décision en accord avec ma mère. Âgée de quatre vingt dix ans aujourd’hui, elle a toujours su me convaincre du bien-fondé de notre projet d’exil après d’interminables discussions d’adultes que nous avions eues ensemble.

Ce n’est pas tant que nous avions vécu d’autres idéaux et que subitement nous allions vivre une terrible désillusion que notre départ se justifiait, mais bien parce que les conditions étaient réunies pour produire trucages, impostures, dénigrement et avilissement en tous genres auxquels nous n’étions pas préparés. Aussi, valait-il mieux accepter de vivre une vie incertaine à l’étranger que de continuer à la vivre chez soi de manière non normative !

Il fallait sans doute également détaler parce que de tels événements induiraient la précarité financière de toute notre famille et sa soumission à l’arbitraire, au point que le voyeurisme des uns envers les autres allait devenir gênant et sans aucun espoir d’éclaircies. En fait, pour vous l’écrire avec franchise, je pense que mes parents avaient compris que la souffrance, loin des leurs, était plus pudique que la désolation collective …

Connaissant Bourguiba, ils avaient prédit toute cette montée d’incertitudes et cette avalanche de règlements de compte qui allaient suivre l’abolition de la Monarchie. Ils avaient pressenti que nous allions être dépossédés de nos droits après avoir été dépouillés de tous nos biens.

Le sort réservé à un Roi qui avait dirigé le pays pendant quatorze années, celui de la Beya, torturée et assassinée après un interrogatoire barbare, celui des princes et certains ministres emprisonnés, du président du conseil Tahar Ben Ammar traduit devant la Haute Cour de Justice, du leader Ben Youssef et ses compagnons éliminés puis celui des opposants communistes incarcérés, toutes ces exactions laissaient présager qu’il valait mieux prendre la poudre d’escampette pour se refaire une vie décente. La route de la liberté contre celle de la servitude, n’était-ce pas un bon deal, à la hauteur de l’enjeu de notre reconstruction?

Et puis, nous ne sommes partis au Maroc qu’en Août 1962, après avoir vécu cinq années de Bourguibisme, convaincus que la société Tunisienne se normalisait de ses bien-fondés sécuritaires et tissait ses réseaux d’assujettissement qui s’enracinaient profondément dans la gestion intime de nos existences ordinaires.

Dans la sourde et discrète matérialité des dispositifs de sécurité, de surveillance et de contrôle social, s’était noué un lien encore plus paradoxal entre le compatriote et le pouvoir en place qui fabriquait toujours plus de délateurs, d’hypocrites en tous genres et d’adorateurs de la Dictature et de ses travers. C’est cela qui nous pesait tant, à savoir qu’il n’y a pas d’imposteur sans admirateurs, pas d’abuseur sans abusés et pas de despote sans complices ...

Durant les cinq premières années de la République, la norme était devenue la logique du contournement des lois et la tromperie politique, morale, religieuse, identitaire et culturelle, une tentative maligne de parer à une réalité blessante et douloureuse.

Toutes ces idées de tyrannie intelligente comme le défendent ardemment certains, d’ordre imposé et d’organisation autour des « choabs » du Destour finissent toujours par vaciller un jour. Nous n’avions jamais compris les raisons qui avaient pu conduire le Tunisien à s’abandonner à la servitude volontaire dans cette passion de l’ignorance, à la source de laquelle s’abreuvent toutes les autres folies, singulières autant que collectives.

La raison pour laquelle ” le Grand Bourguiba ” avait acquis et acquiert toujours une importance décisive dans des moments de vacillement des repères n’est pas ignorée de la psychanalyse et se ramène à cette ” nostalgie du Père ” dont parlait Freud, qu’il attribuait bien volontiers au ” besoin de la Masse ”.

Comme l’avaient compris mes parents prématurément, une démocratie menacée par une Présidence à vie et un adoubement collectif à s’en remettre à un pouvoir injuste, lâche, égoïste et dominateur à outrance, était le garant du règne de l’irréalisme, du fatras et de la gabegie à venir …

Nul n’est prophète en son pays et nous sommes donc allés voir ailleurs. Toute cette désolation d’aujourd’hui était prédictible car la violence des mauvais révolutionnaires fait mal à l’intelligence. Tout réformateur excessif cherche une échappatoire en essayant de changer les autres par la force physique et psychologique. Combattre à contre-sens des réalités du terrain, c’est être incapable de se combattre soi-même et réformer à tout bout de champ sans s’adapter aux vérités locales, c’est être inapte à se transcender …

Aussi, chacun écrit les pages de son Histoire comme il l’entend, le Dictateur comme le simple Citoyen. Quand la vie devient insupportable, il faut la rasséréner coûte que coûte. Les exilés dont je fais partie ne recherchent que l’apaisement du rai de soleil qui entrera à nouveau dans leur vie. Il n’existe rien de pire que de rester malheureux dans son propre pays, vilipendé par la malveillance et la turpitude politiciennes.

Il est vrai que s’en aller, c’est mourir un peu dans la souffrance intime, mais c’est aussi revivre l’élan vital de l’espérance, de la dignité et du bonheur retrouvés. Et cela, c’est le prix à payer, d’avoir voulu être dévalorisé un jour par un demi-Dieu et se retrouver miraculeusement béni des Dieux.

On n’apprécie jamais la liberté si l’on n’a pas vécu sous la contrainte. Il ne faut surtout pas pleurer sur les pages imparfaites écrites par les autres, mais s’extasier devant celles que l’on écrit soi-même, même si elles sont loin d’être parfaites …

Quant à ma Tunisie natale, elle est inscrite à l’encre indélébile dans mon cœur et dans mes neurones. Ces critiques que j’administre régulièrement aux gouvernants et au peuple suiveur, reflètent ma vision détachée de l’ère républicaine. Un pays qui se saborde, c’est d’abord la faute à ceux qui l’avaient dirigé et à ceux qui se laissent faire en se complaisant dans l’adoration d’un certain passé enterré, adulant sans cesse un mythe et en rejetant toutes les erreurs de gouvernance sur les derniers arrivés alors que les torts sont partagés …

 

Par : Chafik Chelly

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات