-
25 Jan 2020
"وصول بن سلمان لهاتف كوشنر شبيه بزرع جهاز تنصت".. مطالب بتقييم الخطر على مسؤولين بالبيت الأبيض
25 Jan 2020
فيروس كورونا الجديد.. الرئيس الصيني يعترف بخطورة الوضع ودول تخطط لإجلاء مواطنيها
25 Jan 2020
لوموند: السعودية مولت مسلحي فاغنر في ليبيا
25 Jan 2020
بينها دولة عربية.. تعرف إلى خارطة انتشار فيروس كورونا خارج الصين
25 Jan 2020
غرامة 50 ألف دولار.. إدانة شركة طيران أميركية بتهمة التمييز تجاه مسلمين
25 Jan 2020
علماء وكتاب وشعراء يغرّدون.. ذكرى 25 يناير تكتسح منصات التواصل
25 Jan 2020
تصريحات جديدة لماكرون عن حرب الجزائر تثير موجة انتقادات في فرنسا
25 Jan 2020
بعد 17 ساعة تحت الأنقاض.. اتصال بالإسعاف ينقذ سيدة تركية
01 Oct 2019
امتدت 85 سنة وقادها صحابة وتابعون ودعمها مالك وأبو حنيفة.. تعرف على ثورات المحدّثين لإسقاط أنظمة الطغيان
25 Jan 2020
تفقد منطقة الزلزال المدمر.. أردوغان: لن نترك أحدا بلا مأوى
25 Jan 2020
"أين تقع أوكرانيا على الخريطة؟".. بومبيو يفقد أعصابه ويهاجم صحفية
25 Jan 2020
خمسة قتلى باقتحام ساحات التظاهر في بغداد ومحافظات جنوبية
25 Jan 2020
3 أشهر قبل تفشي المرض بالصين.. علماء تنبؤوا بأن فيروس كورونا قد يقتل 65 مليون شخص
25 Jan 2020
هل هرب فيروس كورونا القاتل من مختبر بيولوجي صيني؟
25 Jan 2020
شاهد.. قوات الأمن العراقية تقتحم ساحات الاعتصام ببغداد والبصرة
25 Jan 2020
لوفيغارو: ما اللعبة الغامضة التي يلعبها مقتدى الصدر؟
25 Jan 2020
"مطاردون في المنفى".. حكايات عن معاناة المعارضة المصرية بالخارج
25 Jan 2020
"غير كاف ولم يضف جديدا".. زوجة مصطفى النجار ترفض بيان الداخلية المصرية
25 Jan 2020
بالموسيقى السينمائية.. كويتية تحقق حلم طفولتها وتصل إلى العالمية
25 Jan 2020
طواحين الهواء والزهور وأقنية المياه والطبيعة الساحرة.. هذا ما تجده في هولندا
25 Jan 2020
رواية "حياة مثقوبة".. عندما يكون الموت حياة في جلال الحب
25 Jan 2020
في شمال سوريا.. لماذا لا تصمد الهدنة؟
25 Jan 2020
بعد إخفاقه في شراء مان يونايتد.. بن سلمان يطرق أبواب البريميرليغ مجددا
25 Jan 2020
منها الفشار المطبوخ في المايكرويف.. 9 أغذية يومية قد تقتلك ببطء
25 Jan 2020
في ذكراها التاسعة.. هل يخشى النظام المصري عودة ثورة يناير؟
25 Jan 2020
فالنسيا يهزم برشلونة ويمنح هدية لريال مدريد
25 Jan 2020
تحويل النفايات النووية إلى بطاريات ألماس تعمل لآلاف السنين
25 Jan 2020
ترقب لرد فعل الجماهير.. الأهلي وآل الشيخ "حبايب" من جديد
25 Jan 2020
مشاهد مباشرة للحظة وقوعه.. 21 قتيلا وأكثر من ألف مصاب بزلزال تركيا
25 Jan 2020
البنتاغون يكشف تفاصيل إصابة جنود أميركيين في العراق جراء هجمات إيران
25 Jan 2020
رواية جديدة.. أشرف مروان أفضل من تجسس لإسرائيل
25 Jan 2020
محاكمة ترامب.. الادعاء ينهي عرض أدلته والدفاع يستهل مرافعاته
25 Jan 2020
إسرائيل تبعد 8 مقدسيين عن المسجد الأقصى
25 Jan 2020
لطالما وصفت بمنطقة تعايش بين شمال وجنوب السودان.. هل تعود أبيي لأجواء التوتر؟
23 Jan 2020
بعيدا عن السياسة.. "خنق النيل" أكبر تغطية علمية لآثار سد النهضة على مصر
25 Jan 2020
"لا يتضمن وعودا فضفاضة".. الحكومة اللبنانية تبدأ صياغة البيان الوزاري
25 Jan 2020
ليس لها مكتب ولا ميزانية.. تعرف إلى المرأة التي تخشاها السعودية
25 Jan 2020
فيديو لمدافع عذب ماني وأوقف صلاح
25 Jan 2020
"الأخ الأكبر يراقبك".. هكذا صنعت الصين أضخم نظام لمراقبة المواطنين بالعالم
25 Jan 2020
طالبان تتهم الرئيس الأفغاني بعرقلة جهود المصالحة
25 Jan 2020
مصادمات في بغداد والأمن يقتحم ساحة اعتصام البصرة ويعتقل محتجين
25 Jan 2020
عقب اجتماعها في الجزائر.. أيّ تأثير لدول الجوار في الأزمة الليبية؟
25 Jan 2020
موسم كارثي لأغلى مدافع في العالم
25 Jan 2020
مكافحة الإنجاب.. أين وصلت التجربة الصينية التي استلهمها السيسي؟
25 Jan 2020
"ميدان" يحاور بطلتي أفريقيا والعرب.. كيف يمكن للشطرنج أن يغير حياتك؟
25 Jan 2020
في الذكرى التاسعة لثورة يناير.. هل الاقتصاد المصري على الطريق الصحيح؟
25 Jan 2020
جامعة أفريقيا العالمية بالسودان.. صرح يثير الجدل

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 26

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Gilbert Naccache
 5/7/2016
 1134
 
Lecture Zen
  1432
 
Une lecture de la réalité des conflits politiques
 
 

Une amie a écrit ceci : « Ce n'est pas facile à vivre, être scandalisé et révolté 24 h sur 24 ! » Il est si vrai que les raisons d'être scandalisé et révolté ne manquent pas en ce moment en Tunisie ! La liste en serait longue, et il y en a toujours de nouvelles, avant même qu'on ne soit habitué aux anciennes...


 

Photo

Ce qui a été frappant, ces temps derniers, est la domination du paysage médiatique par les discours de haine : chaque jour semble apporter son lot de violentes diatribes contre les uns ou les autres, comme notamment les campagnes contre les homosexuels et à propos des femmes qui défendent leurs droits. Il n'est pas question de hiérarchiser les problèmes et de minimiser telle ou telle forme d'atteinte aux droits : toutes sont également exécrables et doivent être combattues sans relâche. Les droits des citoyens, quelle que soit leur inclinaison sexuelle, quel que soit leur sexe, leur condition sociale, leur origine et même leur âge (eh oui, les enfants ont aussi besoin d'une protection totale) doivent être défendus sans hésitation, quelle que soit l'origine ou la nature de l'attaque subie.

Mais, dans ce combat quotidien pour la dignité de tou-te-s, il faut s'efforcer d'avoir une attitude semblable à celle du médecin face à ses malades : il faut garder un certain recul, ne pas s'impliquer émotionnellement trop, de manière à pouvoir, au-delà des souffrance du malade, au-delà des symptômes visibles de la maladie, que l'on traite évidemment le mieux possible, pouvoir déceler les causes profondes et la nature de la maladie. Si ignobles que soient les campagnes dont il est question – et certaines paraissent déjà essoufflées, grâce à la mobilisation de la société – il ne faut pas manquer de se demander quelle est leur origine et quels sont leurs véritables objectifs.

D'une manière évidente, ces campagnes n'expriment pas le point de vue de tous les Tunisiens, même si elles flattent les plus bas instincts de certains d'entre eux, même si elles les confortent parfois dans leur environnement médiocre et sans perspectives. Il est clair que, lancées à partir des mêmes officines médiatiques financées par les mêmes personnes, et reprises par d'autres médias tout aussi suspects de servir de sombres intérêts, ces campagnes, et d'autres qui ne manqueront pas de venir, ont pour but de détourner les citoyens des véritables problèmes du pays, des véritables contradictions et conflits qui existent ou qui couvent.

D'abord, bien évidemment la contradiction entre la jeunesse marginalisée à laquelle on n'offre pas de solutions réelles et ceux qui gouvernent, la société politique qui montre chaque jour à quel point elle ne mérite pas le pouvoir qu'elle n'a pu détenir que par une sorte de hold-up sur la révolution et ses acteurs. Cette contradiction domine toutes les autres, et nous en voyons tous les jours les manifestations : revendications populaires, répression par les forces de sécurité, résistance malgré la répression et les exactions, recul du pouvoir et promesses, incapacité de tenir les promesses et le cycle recommence, dans la même région ou une autre, opposant les mêmes types de protagonistes. Il va de soi que l'avenir du pays, et pas que lui, dépend de la façon dont va se développer et se résoudre cette contradiction.

En attendant, les citoyennes et citoyens sont ballottés de toutes parts, au vu des conflits et des contradictions qui secouent, plus ou moins ouvertement le microcosme politique et dont on essaie de masquer l'importance en détournant l'attention sur d'autres problèmes. Nous ne parlerons pas ici de la lutte contre le « terrorisme » sur laquelle il y aurait beaucoup à dire.

Après l'annonce du dépassement – provisoire et sans aucune base claire – de l'opposition entre Nahda et Nidaa Tounès, après l'éclatement du premier de ces partis, après toutes les tentatives d'en finir avec la justice transitionnelle, on se trouve en présence d'une nouvelle situation : celle d'un deal proposé par Rached Ghannouchi, et apparemment approuvé par Béji Caïd Essebsi : le premier accepte le projet de réconciliation du second, c'est-à-dire d'abord l'officialisation de l'impunité pour les fonctionnaires corrompus et leurs corrupteurs, et donc l'ouverture complète de la route pour les mafieux de tous types, qui vont du petit spéculateur ou trafiquant de marchandises importées illégalement à ceux qui sont impliqués dans les trafics de grande envergure, allant jusqu'au trafic d'armes et à le complicité avec ceux qu'on appelle les terroristes ; en échange, le second accepte que soit élargie la liste des amnistiés (à dédommager) à ceux qui ont dépassé les délais légaux de formalités (selon les sources, de 350 à 1200 amnistiés, presque tous des nahdhaouis) et que soit constituée et alimentée une caisse devant servir à ce dédommagement.

Photo

Dans ce marchandage, les desseins des deux chefs sont on ne peut plus clairs : Caïd Essebsi espère préparer un soutien politique (les deux partis) économique (tous les affairistes) et social (les fonctionnaires corrompus) et une assise dans l'administration de l’État à son fils qu'il veut propulser au sommet de la politique. Peu lui importent les conséquences catastrophiques de telles éventualités, on ne peut affirmer que cet homme ait jamais eu une vision d'avenir.

De son côté, le leader islamiste entend consolider sa position au sein de son mouvement : en obtenant l'indemnisation de tous les amnistiés, il espère se garantir, à l'intérieur de Nahdha, un soutien personnel des amnistiés en question et un appui politique de ceux qui verront en lui un grand manœuvrier capable de succès, et préparant peut-être une prise de pouvoir ultérieure, au moins un rétablissement de la position de ce parti.

Les deux camps ont à dépasser ceux des leurs qui contestent le marchandage : destouriens « éradicateurs » qui ne font aucune confiance aux islamistes, anciens nidaistes qui n'ont pas accepté l'alliance avec l'islamisme, gens d'argent refusant de financer le mouvement qui, leur semble-t-il, se retournera contre eux à la première occasion. Et cela sans parler de l'opposition politique non-religieuse qui ne peut pas accepter ce marché, et de tous les petits-bourgeois qui ont voté pour Nidaa dans l'espoir d'éliminer Nahdha.

Dans l'autre camp, il faut s'attendre également à de vives oppositions : la base ne comprendra pas que la page soit tournée pour les responsables des malheurs du pays et des leurs, une partie des militants refusera le marché au nom de la pureté du mouvement, une autre à celui de la fidélité à son parcours religieux. Et le flou qui caractérise la dernière déclaration du Mejless Ecchoura d'Ennahdha va dans le même sens. On voit que la partie est loin d'être jouée. Elle l'est d'autant moins qu'entre en jeu un autre élément dont les deux nouveaux compères n'ont pas tenu compte.

Photo

Les pressions internationales très fortes en vue de voir le pouvoir lutter contre la corruption rencontrent deux types d'alliés d'importance : le gouvernement Essid pour lequel l'actuelle force politique des corrompus de tous ordres, dirons-nous pour simplifier, est une menace pour son propre pouvoir et pour la pérennité de l'État, ou au moins d'une certaine stabilité de cette structure ; les cadres de l'administration, commis de l'État ou cadres moins importants, qui croient à leur rôle et à celui de l'administration « colonne vertébrale de l'État », honnêtes parce que convaincus qu'ils sont là pour appliquer et faire respecter la loi, et les hommes d'affaires qui n'ont pas trempé dans des histoires louches et des calculs sordides, ceux-là n'admettent pas que les méchants et les malhonnêtes soient récompensés.

Ces deux catégories, attachés au maintien d'un État digne de ce nom ne voient pas d'un bon œil, tant s'en faut, les rapprochements en vue de la « réconciliation ». Témoin en est la nomination de Chaouki Tabib à la tête de l'instance contre la corruption, l'homme est loin d'être discret et a affiché son intention d'aller au fond des choses, et le gouvernement le soutient ; témoin aussi' et surtout la visite qu'a faite le ministre du domaine de l'État à l'Instance Vérité et Dignité afin d'examiner avec elle 900 dossiers d'hommes d'affaires suspects de malversations et venus déposer à l'IVD, faisant au passage un pied de nez à Caïd Essebsi. Faut-il pour autant penser qu'il y a de sérieuses et profondes divergences entre le président de la république et son chef du gouvernement ?

Beaucoup d'éléments le laissent penser, mais tant que les choses ne seront pas dites clairement, tant que les défenseurs de l’État de droit n'appelleront pas le peuple révolutionnaire à les soutenir, et ne donneront pas des garanties à ce peuple, tous les retournements sont possibles. Aussi paraît-il du devoir de ceux qui comprennent la situation de l'expliquer et d'aider l'ensemble des autres à ne pas tomber dans les provocations et manœuvres de détournement.

 

Par Gilbert Naccache

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات